Enquête sur la crise du coronavirus

Transparence - Evidence - Humanité

Signer maintenantSigner maintenant

Lire le texte de la pétition
News

 

 

 

Nous demandons la mise en place d’une commission d’enquête extraparlementaire indépendante. Maintenant !

Nous vivons une crise mondiale sans situation d’urgence sanitaire. Des milliards issus de l’argent des contribuables sont dépensés sans l’accord du peuple. La santé des personnes, la vie sociale et les moyens de subsistance économiques sont amenés à souffrir.

Le comité considère la pétition et les personnes qui la défendent comme des cellules au service du système immunitaire de cette société. Pour une démocratie saine et une Suisse humaine.

Signer la pétition

La pétition peut être signée par toute personne, indépendamment de son âge et de sa nationalité ou de son domicile.

Ajout d'adresse postal

Votre signature est effective uniquement si vous la confirmez par e-mail !

Progrès de la pétition

26641 Signatures

Dernières signatures

Thomas Baertl, 3018, il y a 16 minutes

Irène Uhlmann, 3123, il y a 21 minutes

Adrian Christen, 7745 , il y a 35 minutes

Peter Gämperli, 9524, il y a 49 minutes

Pia Uhlmann, 3123, il y a 1 heure

Daniel Steffen, 8526, il y a 1 heure

Maria Luongo, 4416, il y a 1 heure

Ewa Nowogorska, 8154, il y a 1 heure

Sven Meier, 8427, il y a 2 heures

Rolf Bösch, 9212, il y a 2 heures

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 1077

Comment participer

Le nouveau départ commence avec votre signature pour évaluer la situation. Ainsi vous mettez l’accent pour moins de polarisation et plus d’équilibre en Suisse. Nous sommes le Souverain ! Le future a besoin de votre voix. Merci de tout coeur !

Découvrez ici notre argumentaire et les revendications qui en découlent. Partagez le lien printemps2020.com avec vos amis et connaissances. Nous sommes reconnaissants pour tous vos dons.

Notre pétition

Nous demandons la mise en place d’une commission d’enquête extraparlementaire indépendante.

Argumentaire

La langue originale du présent argumentaire est l’allemand.
Il sera complété par des liens en français.

Nous demandons une enquête parce que :

Poser la question de la base juridique

Il est compréhensible que le Conseil fédéral se soit retrouvé sous une grande pression politique au début de la crise liée à la panique mondiale due au Covid-19. Nous ne comprenons cependant pas les raisons pour lesquelles les ordonnances d’urgence, tout comme les mesures imposées, ont été maintenues sur une si longue durée et sont encore partiellement en vigueur (18.6.2020).

Une des questions fondamentales de l’analyse de la crise est de savoir si le Conseil fédéral disposait du droit légal d’introduire des ordonnances d’urgences d’une telle amplitude et si certaines de ses décisions ont porté atteinte à la Constitution fédérale. [1] [2]

Dans une tribune de la Neue Zürcher Zeitung NZZ du 07.04.2020, le professeur Andreas Kley écrit : « Les droits fondamentaux doivent être restreints uniquement pour mettre fin à la pandémie, mais pas davantage. » [3]

Prof. Marcel A. Niggli souligne qu’il ne faut pas confondre le droit de nécessité avec l’état d’urgence et que les sanctions imposées par le Conseil fédéral pour violation des réglementations relatives au COVID-19 n’ont aucune base légale. [4]

Prof. Margit Osterloh fait à juste titre remarquer, en autres, un autre aspect, à savoir qu’une majorité de la population « ...(a) accepté sans résistance la restriction des droits fondamentaux. » [5]

[2https://www.rubikon.news/artikel/120-expertenstimmen-zu-corona ; Aussage 109 von Prof. Dr. Markus Schefer ; Staatsrecht und Verwaltungsrecht an der Universität Basel, Schweiz

[3https://www.nzz.ch/meinung/notrecht-und-demokratie-darf-der-bundesrat-in-demokratische-prozesse-eingreifen-ld.1548896 Gastkommentar von Prof. Andreas Kley in der NZZ vom 7.4.2020 ; Lehrstuhl für öffentliches Recht, Verfassungsgeschichte sowie Staats- und Rechtsphilosophie
Universität Zürich

[4https://www.nzz.ch/meinung/warum-der-bundesrat-keine-strafen-erlassen-darf-ld.1551623 NZZ Gastkommentar ; Prof. Marcel Alexander Niggli, Lehrstuhl für Strafrecht und Rechtsphilosophie in Fribourg ; 16.4.2020

[5https://www.nzz.ch/feuilleton/corona-wider-den-autoritaetsglauben-in-zeiten-des-virus-ld.1555003#back-register Prof. Margit Osterloh, Betriebsökonomie der Universität Zürich, Ständige Gastprofessorin an der Universität Basel und Forschungsdirektorin bei Crema – Center for Research in Economics, Management and the Arts, Zürich.

Poser la question du risque pour la société

Chaque année, les personnes atteintes d’une pathologie sous-jacente, ainsi que les personnes présentant une immunodéficience ont besoin d’être soutenues et protégées d’éventuelles infections par des mesures simples et sensées. Lors de ces 10 dernières années, 10’000-15’000 personnes dudit groupe à risque sont décédées d’une grippe. Chaque année, des virus de la famille des Corona virus se transmettent au même titre que des virus de la grippe et des refroidissements.
La mortalité globale de janvier à mai 2020 est, en moyenne, similaire aux taux des autres années. [1]

Déjà lors l’entrée en vigueur de l’ordonnance de nécessité, le taux dit de reproduction du COVID-19 s’élevait à une valeur pour laquelle la propagation ne faisait plus que ralentir et cela laissait donc à penser que le système hospitalier n’atteindrait pas ses limites.

Il est important de se questionner à propos de notre pondération du COVID-19 en comparaison avec une autre saison grippale. [2]

Pour cette raison : les mesures restrictives, ainsi que le confinement devraient s’accompagner d’une analyse approfondie des risques. [3] Il est impératif de vérifier si cela a été le cas pour la Suisse. Comme le montre un document interne du ministère fédéral de l’Intérieur allemand, l’absence d’analyse des dangers peut avoir des conséquences désastreuses. [4]

[1https://www.bfs.admin.ch/bfs/de/home/aktuell/covid-19.assetdetail.13187302.html Bundesamt für Statistik, Abruf der Internetseite am 12.6.2020

[2https://wwz.unibas.ch/fileadmin/user_upload/wwz/99_WWZ_in_den_Medien/2020_03_13_osterloh_frey_Coronavirus.pdf NZZ Gastkommentar ; Prof. Dr. Dr. hc. Margit Osterloh, Prof. Dr. Dr. hc. mult. Bruno S. Frey ; Coronavirus : Vergleiche sind wichtig 13.3.2020

[3https://www.insidecorona.ch/2020/05/21/coronakrise-professionelles-krisenmanagement-sieht-anders-aus/ InsideCorona ;
Dr. med. Stephan Rietiker ; Mediziner und Unternehmer ; 21. Mai 2020

[4https://www.zeitpunkt.ch/leak-aus-dem-innenministerium-corona-ein-globaler-fehlalarm Zeitpunkt Redaktion ; Leak aus dem Innenministerium : Corona ein globaler Fehlalarm ; 11.5.2020

Tester le test

Les tests PCR utilisés pour tester COVID-19 ne sont, à ce jour, pas validés. Ils ne peuvent affirmer de résultat fiable quant à la présence d’une maladie spécifique liée au du COVID-19. Les tests PCR sont hautement sensibles et réagissent à toute structure, aussi minime soit-elle, présentant une structure génétique similaire.

Des experts dans le domaine signalent que les tests utilisés pour tester COVID-19 produisent des résultats incertains, voire erronés. [1] [2] [3] [4] [5]

La réactivité croisée vis-à-vis des autres coronavirus pathogènes humains [6] est de manière générale une des raisons pour laquelle les tests sérologiques sont peu spécifiques. [7] Des animaux, des plantes, des fruits et même de l’huile à moteur ont été testés positivement au COVID-19. [8]

Le producteur du test Creative-Diagnostics –produit ayant été autorisé par l’Organisation Mondiale de la Santé OMS – mentionne que le test n’est prévu que pour un objectif de recherche et non pas à des fins de diagnostic. [9]

Le communiqué de la Commission Européenne du 15 avril 2020 insiste, dans ses « Directives pour les tests in-vitro pour le diagnostic du COVID-19 et ses performances », sur le fait que le test COVID-19 soit examiné par une commission de médecins (en peer-review). [10]

Pour des considérations de tests à base théoriques, il est nécessaire de prendre en compte la prévalence dans la population étudiée : si elle est faible, comme le suggèrent les chiffres officiels de l’Office fédéral de la santé publique OFSP [11], alors il faut partir du principe que, même avec un test PCR de bonne spécificité et sensibilité, près de 50 % des tests positifs sont de faux résultats positifs. [12]

En outre, le rapport entre les coûts et les bénéfices est mauvais : un PCR-test coûtait environ CHF 200.- au début de la crise (actuellement environ CHF 100.- ), financé par nos primes d’assurance maladie. [13] Un résultat positif n’a que peu de répercussions sur le réel traitement du malade car c’est le tableau clinique qui prime pour le traitement.

La pertinence des projections et statistiques en matière de COVID-19

Le paragraphe suivant se base sur le précédent disant que les tests utilisés à l’échelle mondiale ont très probablement biaisé les statistiques et les projections en matière de COVID-19.

Selon les normes scientifiques de la pathologie infectieuse, les infections se distinguent des maladies. Il en découle que seules les personnes atteintes du COVID-19 présentant des symptômes (faisant donc partie de la catégorie des malades) devraient figurer dans les statistiques et projections. Cependant, dans un grand nombre de statistiques publiées, les personnes testées positivement au Covid-19 sans symptômes ont été considérées soit comme faisant partie de la catégorie des malades, soit comme étant de nouvelles personnes infectées ; cela biaise sensiblement les chiffres. Si de tels chiffres ont été utilisés pour estimer le besoin en nombre de lits dans les hôpitaux, cette estimation risque grandement d’être fausse. [14]

Un nombre important de graphiques présente une chute surprenante du nombre de nouvelles infections le dimanche. [15]
Cela laisse supposer que les graphiques en question ne représentent pas forcement la courbe de la pandémie en elle-même, mais celle du nombre de tests réalisés. [16]

En outre, dans la plupart des statistiques, les cas de guérison n’ont pas été déduits du chiffre total. De cette manière, la courbe ne pouvait démontrer qu’une tendance ascendante. [17] Un exemple de graphique équivoque de l’Allemagne
ci-dessous. [18]

Dans l’ensemble, les experts dénoncent le maniement des données liées au COVID-19. [19]

Durant l’hiver 2019-2020, l’Office fédéral de la santé OFSP a mis fin à l’information concernant la grippe au profit d’une information uniquement ciblée sur le COVID-19. [20] Or, on sait que les différents virus de la famille des Corona virus sont responsables de 5-15% des infections grippales et des pathologies liées affectant les voies respiratoires. [21] [22] Durant l’hiver 2019-2020, on trouvait différents virus de la famille des Corona virus chez nous. [23] Le ARN (acide ribonucléique) de Covid-19 n’est pas nouveau pour nos systèmes immunitaires. Sinon il y aurait eu beaucoup plus de personnes malades ou décédées du Covid-19. [24]

L’âge moyen des personnes décédées ayant été testées positivement au COVID-19 est de 84 ans.

[1https://www.wodarg.com/2020/03/31/testing-the-test/ Dr. Wolfgang Wodarg, testing the test ; 25.3.2020

[2https://www.wodarg.com/2020/03/31/suche-mit-pcr-nach-sars-cov2/ Dr. Wolfgang Wodarg, Suche mit PCR nach SARS-Cov-2 ; 29.3.2020

[3https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/32219885 National Library of Medicine, Stability Issues of RT-PCR Testing of SARS-CoV-2 for Hospitalized Patients Clinically Diagnosed With COVID-19 ; 26.3.2020

[4https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31992387 National Library of Medicine, Detection of 2019 Novel Coronavirus (2019-nCoV) by Real-Time RT-PCR ; 25.1.2020

[6https://kenfm.de/warum-die-diskussion-um-den-pcr-test-nicht-endet-%e2%80%a2-standpunkte/ KenFM, Standpunkt von Oliver Märtens am 8. Juni 2020 auf KenFM veröffentlicht

[7https://de.wikipedia.org/wiki/Kreuzreaktivit%C3%A4t Wikipedia, Abruf der Internetseite am 20.5.2020

[8https://youtu.be/wKRcPFk3v9k Tansania testet Motoröl, Pflanzen und diverse Tiere auf Corona. Mit erstaunlichen Ergebnissen ; 7.5.2020

[9www.creative-diagnostics.com/pdf/CD019RT.pdf Creative-Diagnostics, S. 1 : Intended use.

[11https://covid-19-schweiz.bagapps.ch/de-1.html COVID-19 in der Schweiz, Bundesamt für Gesundheit BAG ; 12.6.2020

[12https://youtube.be/RFzBG_XMn_E Narrative#3 – Livestream mit Prof.Dr. Dr. Martin Harditsch, OVALmedia, 27.5.2020

[13https://infekt.ch/2020/04/corona-testen-testen-und-kein-ende/ Prof. Dr. med. Pietro Vernazza, St. Gallen ; 12.4.2020

[15https://www.ktipp.ch/artikel/artikeldetail/behoerden-informieren-irrefuehrend/ K-Tipp, Marco Diener, Behörden informieren irreführend ; 7.4.2020

[17COVID-19_Epidemiologische_Lage_Schweiz ; Seite 2 ; Abruf der Internetseite am 14.5.2020

[18https://www.youtube.com/watch?v=sK_1V1MeHuw Dr. Bodo Schiffmann, Corona 30 ; Min. 27.44

[19https://www.risknet.de/themen/risknews/covid-19-und-der-blindflug/ Frank Romeike, Katharina Schüller ; 29.3.2020

[21https://www.pnas.org/content/116/52/27142 Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America ; 26.12.2019

[22https://www.bag.admin.ch/bag/de/home/suche.html#Saisonbericht%20Grippe Abruf Internetseite am 19.3.2020. Siehe z.B. folgende Berichte : Saisonbericht Grippe 2016/17 ; S.12 ; Saisonbericht Grippe 2017/18 ; S. 14 ; Saisonbericht Grippe 2018/19 : S. 13 und 14.

[23https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7102597/ Roussel et al. SARS-CoV-2 : Fear Versus Data. Int. J. Antimicrob. Agents 2020, 105947 ; 19.3.2020

[24https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.04.17.20061440v1 Presence of SARS-CoV-2 reactive T cells in COVID-19 patients and healthy donors ; 17.4.2020

La dangerosité modérée du COVID-19 pour la majorité de la population

Le Centre européen de prévention et contrôle des maladies (European Center for Disease Prevention and Control) classe le COVID-19 parmi les maladies modérément dangereuses. [1] En Angleterre, COVID-19 a déjà été retiré de la liste des maladies infectieuses dangereuses le 19 mars 2020. [2]

La propagation épidémiologique et pandémique de plusieurs virus modérément dangereux se répète d’année en année. De ce fait, on peut se demander à quel point la définition actuelle de la pandémie est appropriée. [3]

Plusieurs études montrent que le taux de mortalité s’apparente à celui d’une forte grippe. [4]

Pour la plus grande partie de la population, l’infection est passée inaperçue ou alors accompagnée de symptômes légers. Parmi les personnes à risque, on a parfois pu constater des évolutions graves. Les expériences pratiques des médecins ayant travaillé dans les sections Covid-19 montrent que les raisons vers l’évolution grave de l’état de certains patients n’étaient pas uniquement attribuées au COVID-19. [5] [6] [7] [8]

La discussion ne peut être close sur ce sujet car beaucoup doit encore être investigué et rendu transparent.

La mortalité globale durant l’hiver et le printemps 2019/2020

Différents experts relèvent qu’il n’est pas scientifique de considérer un résultat positif au test Covid-19 comme étant la cause du décès. [9] [10]

Des personnes ayant un système immunitaire fortement affaibli et des pathologies préexistantes présentent souvent différentes infections virales simultanément ; des infections auxquelles s’ajoutent parfois d’autres infections de nature bactérienne. Si durant cet hiver, on avait testé de façon étendue Influenza A ou d’autres virus, il y aurait également eu beaucoup de personnes présentant des résultats positifs aux virus testés. [11]

Une étude européenne ayant étudié le taux de mortalité d’après les critères scientifiques usuels a abouti, le 20 mars 2020, à la conclusion temporaire que Covid-19 ne présente pas de risque de mortalité élevé. [12]

Nous ne nions aucunement la souffrance des personnes décédées, ni la tristesse et le deuil de leurs familles. Cependant, après une large couverture médiatique du nombre d’infections et de décès, il est temps de parler de la réalité statistique : aucune surmortalité n’a été constatée en Suisse durant la période de l’hiver/printemps 2019/2020. Le nombre de décès se situe dans la moyenne des deux années précédentes. [13]

La comparabilité

Des paramètres tels que l’hygiène en milieu hospitalier, la pyramide des âges, la qualité de l’air, ainsi que d’autres facteurs sont décisifs des effets qu’une pandémie peut avoir dans une région donnée. [14]

Si l’on voulait simplifier, on pourrait dire que ce ne sont pas uniquement les virus qui nous rendent malades, mais que le « système immunitaire individuel et environnemental » détermine l’évolution de l’infection. Seul un virus hautement préjudiciable à notre santé et présentant une mortalité élevée pourrait anéantir ces facteurs protecteurs.

[1https://www.ecdc.europa.eu/en/current-risk-assessment-novel-coronavirus-situation ; European Centre for Disease Prevention and Control ECDC ; 23.4.2020

[2https://www.gov.uk/guidance/high-consequence-infectious-diseases-hcid ; Government United Kingdom ; 19.3.2020

[3https://www.rubikon.news/artikel/120-expertenstimmen-zu-corona Aussage Nummer 40 ; Prof. Dr. Franz Ruppert, München ; 20.4.2020

[4https://swprs.org/covid-19-hinweis-ii/ Swiss Propaganda Research, Punkt 1

[5https://youtu.be/tG9BGwXEW68 Sprachnachricht Dr. Schindler zu Beatmungen ; 14.4.2020

[6https://www.doccheck.com/de/detail/articles/26271-covid-19-beatmung-und-dann DocCheck ; COVID-19 : Beatmung – und dann ? ; 31.3.2020

[7https://archive.is/KX5IQ Frankfurter Allgemeine, Rüdiger Soldt : Es wird zu häufig intubiert und invasiv beatmet ; 7.4.2020

[8https://www.sciencedaily.com/releases/2020/02/200206110703.htm Steroids could do more harm than good in treating coronavirus ; 6.2.2020

[9https://www.youtube.com/watch?v=44tTKSkTt1w Professor Klaus Püschel, Leiter der Rechtsmedizin im Universitätsklinikum Hamburg-Eppendorf im Interview mit SAT.1 Regional vom 22.4.2020

[10https://www.youtube.com/watch?v=HAwO1twlb3c&feature=youtu.be Chefpathologe des Klinikums Lüdenscheid : Statistik der COVID-19 Todesfälle ist „riesige Katastrophe“, 16.4.2020

[11https://youtu.be/f4oir54WV1k Prof. Dr. med Claus Köhnlein erklärt den Corona Wahnsinn, 20.3.2020

[12https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7102597/ Roussel et al. SARS-CoV-2 : Fear Versus Data. Int. J. Antimicrob. Agents 2020, 105947 ; 19.3.2020

[14https://www.infosperber.ch/Artikel/Gesundheit/13-irrefuhrende-und-falsche-Behauptungen-zur-Corona-Epidemie INFOSperber ; Urs P. Gasche ; 13 irreführende und falsche Behauptungen zur Corona-Epidemie ; 6. Irreführend : Wie gefährlich das Virus ist, sieht man in Norditalien, London oder New York, 8.6.2020

La contamination avec COVID-19

On entend souvent l’argumentation que les mesures prises en matière de COVID-19 ont prévenu la surcharge des hôpitaux et évité une hausse du nombre de décès. Toutefois, COVID-19 s’est déjà propagé en Suisse avant le début des tests. Il en découle que notre exposition à ce virus avait déjà commencé avant les premiers tests.

En Suisse, la situation exceptionnelle selon la loi sur les épidémies a été proclamée le 16 mars 2020. A ce moment, le chiffre de reproduction avoisinait la valeur 1*. [1]
Un rapport de l’Institut Robert Koch a tiré une conclusion similaire pour l’Allemagne. [2] Le chiffre de reproduction du Covid-19 a retrouvé une valeur de 1 au moment du confinement. Des explications ultérieures à ce sujet dans la vidéo ci-dessous. [3] Ces deux arguments mettent en évidence que le confinement n’avait pas d’influence significative sur la propagation du virus. Que de nouvelles vagues nous soient annoncées n’est pas conciliable avec les connaissances sur les épidémies et les pandémies.

*La valeur 1 signifie que le nombre de nouvelles infections n’est plus en croissance exponentielle mais uniquement en croissance linéaire. C’est-à-dire qu’une personne porteuse n’infecte en moyenne plus qu’une autre personne.

Si on devait constater que le chiffre de reproduction a sensiblement baissé en dessous de la valeur 1 depuis l’introduction des mesures, on pourrait conclure que lesdites mesures ont ralenti le processus de propagation et, en même temps, ralenti l’immunité de groupe. Il en découle que les groupes à risque sont exposés au virus durant une période plus longue que nécessaire. [4] [5]

Il y a une forte contradiction entre la nécessité d’une exposition à un virus modérément pathologique dans le but de protéger les personnes faibles et simultanément une promotion du maintien de la distance sociale et d’autres mesures prônant une prudence exagérée. Ni les hôpitaux, ni les systèmes de santé suisses ont été surchargés. Ils ont même pu accueillir des patients d’Italie ou de France.

[1https://infekt.ch/2020/04/sind-wir-tatsaechlich-im-blindflug/ Prof. Dr. med. Pietro Vernazza, St. Gallen ; 19.4.2020

[2https://www.rki.de/DE/Content/Infekt/EpidBull/Archiv/2020/Ausgaben/17_20_SARS-CoV2_vorab.pdf?__blob=publicationFile Epidemiologisches Bulletin des Robert Koch-Instituts - Online vorab Ausgabe 17/2020, 15. April 2020) Abruf des Dokumentes am 20.4.2020.

[3https://www.youtube.com/watch?v=sK_1V1MeHuw Dr. Bodo Schiffmann, Corona 30 ; Min. 26.42

Prendre en considération les aspects humains et éthiques de la crise

Les mesures décrétées ont privé les aînés et les personnes malades de leurs libertés. Beaucoup d’entre eux ont été isolés dans des homes. [1] [2] Alors même qu’il était déjà clair, jusqu’au début du mois de juin, qu’il n’y a plus eu de nouvelles contaminations significatives dans toute la Suisse. Cela a eu pour conséquences que les pensionnaires d’établissements sociaux ont subi des restrictions beaucoup trop longtemps, ce qui a très fortement porté atteinte à leurs droits de la personnalité, bien qu’il n’existait pratiquement plus aucun risque de contamination.

Les concepts de sécurité ont rendu compliquées la mise en place des conditions nécessaires à une mort en dignité. Durant une longue période, les enterrements n’ont pu avoir lieu qu’en présence de 5 personnes uniquement : une circonstance qui accable encore aujourd’hui les familles concernées.

Dans plusieurs pays, jusqu’au deux tiers des décès ont été enregistrés dans les établissements médico-sociaux. Il faut clarifier si ces personnes sont réellement décédées des suites du COVID-19 ou des suites d’un stress important, de l’anxiété et de la solitude. [3]

Le stress social provoqué par les mesures s’est manifesté dans plusieurs domaines de la vie.

Tenir compte des conséquences médicales et économiques de la stratégie adoptée pendant la pandémie

Beaucoup de personnes ne se sont pas rendues chez leur médecin ou à l’hôpital durant la crise. Elles étaient apeurées et y ont renoncé malgré un éventuel besoin urgent de prise en charge médical. Il est absolument indispensable d’analyser avec exactitude les potentiels préjudices sanitaires causés indirectement par les mesures de lutte contre le COVID-19. La comparaison des cas médicaux qui découlent de ces mesures avec la dangerosité du COVID-19 est, dans un second temps, nécessaire.

L’incidence des visites chez le médecin est une autre mesure permettant d’évaluer les épidémies et les pandémies. Les dispositions à l’intention des médecins et des hôpitaux ont pourtant évité de relever des chiffres à ce sujet.

Les répercussions de la crise vont encore se faire ressentir longtemps en Suisse et aussi sur un plan économique. [4]

Examiner les questions de l’éthique des médias en temps de droit de nécessité

Nous avons connaissance d’un droit de nécessité épidémiologique, cependant il n’existe pas de concepts relatifs aux médias et à la communication pour une telle situation. Certains médias ont librement alimenté la peur et continuent de le faire aujourd’hui.

La question se pose aussi de savoir, par exemple, s’il était utile de diffuser publiquement des scénarios de mortalité simulés par ordinateur, qui différaient du meilleur au pire cas par un facteur de 97 sur un plan purement mathématique. [5]

Dr Stephan Russ-Mohl de l’Université de la Suisse italienne (Università della Svizzera italiana) laisse la parole à plusieurs voix critiques et pose des questions importantes à propos du rôle des médias dans son dossier « Corona in der Medienberichterstattung und in der Medienforschung » (le coronavirus dans la couverture et la recherche médiatiques). [6]

Il est nécessaire d’examiner les compétences et le rôle [7] [8] des médias en ce qui concerne une situation d’urgence médicale pouvant effectivement avoir lieu.

Il convient également de se montrer critique envers la standardisation des reportages médiatiques sur le COVID-19. Cette standardisation a contribué à la polarisation de la société et répandu la peur d’exprimer sa propre opinion. Même les déclarations factuelles et fondées sont souvent traitées hâtivement comme des « théories du complot ».

En conclusion, les répercussions de la stratégie adoptée pendant la pandémie de COVID-19 devraient être reconsidérées à plusieurs égards.

[2https://www.nzz.ch/feuilleton/coronavirus-gott-ist-tot-es-lebe-die-gesundheit-ld.1554210 NZZ Feuilleton ; Scherrer Urs ; Gott ist tot, es lebe die Gesundheit ! ; 10.5.2020

[3https://swprs.org/covid-19-hinweis-ii/ Swiss Propaganda Research ; Punkt 6

[4https://zofingertagblatt.ch/?id=286675 Zofinger Tagblatt, Patrik Müller ; Irrationale Massnahmen, verheerende Folgen : Experten sagen, der Lockdown sei unnötig gewesen ; 15.5.2020

[6https://sagw.ch/fileadmin/user_upload/News_Corona_Dossier.pdf Corona in der Medienberichterstattung und in der Medienforschung Ein Dossier - zusammengestellt von Stephan Russ-Mohl, emerierter Professor für Journalistik und Medienmanagement an der Università della Svizzera italiana, Lugano ; 14.4.2020

[7https://www.srf.ch/play/tv/basler-zeitung-standpunkte/video/corona---eine-hysterie?id=b43951ba-48f6-4ece-a788-aa328287bfb3 Basler Zeitung Standpunkte, 24.5.2020 ; Reto Brennwald diskutiert mit Prof. Pietro Vernazza, Mattea Meyer ; Christian Dorer und Markus Somm

[8https://www.zora.uzh.ch/id/eprint/186723/1/jarren_corona.pdf Prof. Dr. Jarren Otfried, Institut für Kommunikationswissenschaft und Medienforschung der Universität Zürich, 1.4.2020

Nos revendications

La commission d’enquête extraparlementaire indépendante ;

examine si la restriction des droits fondamentaux s’avérait proportionnée au but visé conformément à l’article 36, alinéa 3 de la Constitution fédérale. Elle examine également si les modifications de la Constitution fédérale et des lois fédérales en temps d’épidémie de COVID-19 pouvaient s’appuyer sur les articles invoqués, soit l’article 7 de la loi sur les épidémies et, en particulier, l’article 185 de la Constitution fédérale.

examine si le Conseil fédéral a effectué une analyse des risques préalable aux états de situation particulière et extraordinaire conformément à la loi sur les épidémies, ainsi que quels critères ont été analysés.

évalue les décisions du Conseil fédéral et les mesures ordonnées par rapport aux éléments factuels, à l’état actuel des connaissances concernant le COVID-19, à l’économicité et la proportionnalité.

confie l’analyse des tests utilisés pour dépister le COVID-19 à un laboratoire indépendant de la Confédération et de Swissmedic. Ces tests doivent subir une évaluation concernant leur pertinence, en particulier leur spécificité et leur sensibilité, en tenant compte du taux d’infection hypothétique de la population suisse. Il faut assurer la transparence des coûts totaux de tous les tests utilisés en Suisse.

détermine comment les autorités et les médias ont établi leurs extrapolations et leurs statistiques et si elles répondent aux normes épidémiologiques adaptées à la pratique

analyse le calcul et l’adaptation aux conditions réelles au fil du temps des besoins en lits hospitaliers. Il est nécessaire de clarifier les taux d’occupation des hôpitaux au cours des états de situation particulière et extraordinaire conformément à la loi sur les épidémies.

analyse le moment et la méthode d’inclusion de la dangerosité modérée du COVID-19 dans les décisions.

détermine le moment et la méthode d’intégration du taux de reproduction du COVID-19 dans les décisions, ainsi que les découvertes épidémiologiques et virologiques disponibles qui justifient et ont justifié le maintien de certaines mesures pendant une longue période.

établit une transparence pour savoir si les organes consultatifs et le Conseil fédéral ont consulté différents experts d’opinions différentes et s’il y a eu et continu d’avoir des échanges avec des pays sans confinement

Les experts de l’éthique, du droit, de l’économie, ainsi que des sciences de la communication et des médias définissent, préalablement à l’élection de la commission d’enquête extraparlementaire indépendante printemps2020, les aspects du domaine concerné devant être examiné par rapport des états de situation particulière et extraordinaire conformément à la loi sur les épidémies.

Comité de la pétition

Nous, du sein même de la societé :

Dr. iur. Brei Gerald, 8001 Zurich
Dr. med. Heisler Andreas, 6031 Ebikon
Russek Marion, 6312 Steinhausen
Spring Ursula, 1700 Fribourg

Nous sommes reconnaissants pour chaque don.

La pétition est financée par le comité Printemps2020.

Faire un don par paiement par carte :

CHF
.00

 

Coordonnées bancaires :

Raiffeisen Schweiz Genossenschaft, 9001 St. Gallen

Petition Frühling2020, Case postale 417, 1701 Fribourg

IBAN CH67 8080 8005 1202 6495 4

Compte postale de la banque 17-256-4

BC-80808

Swift-BIC RAIFCH 22XXX

Partagez le lien (printemps2020.com) avec vos amis et connaissances : https://printemps2020.com


 

Signer la pétition

La pétition peut être signée par toute personne, indépendamment de son âge et de sa nationalité ou de son domicile.

Ajout d'adresse postal

Votre signature est effective uniquement si vous la confirmez par e-mail !

Progrès de la pétition

26641 Signatures

Dernières signatures

Thomas Baertl, 3018, il y a 16 minutes

Irène Uhlmann, 3123, il y a 21 minutes

Adrian Christen, 7745 , il y a 35 minutes

Peter Gämperli, 9524, il y a 49 minutes

Pia Uhlmann, 3123, il y a 1 heure

Daniel Steffen, 8526, il y a 1 heure

Maria Luongo, 4416, il y a 1 heure

Ewa Nowogorska, 8154, il y a 1 heure

Sven Meier, 8427, il y a 2 heures

Rolf Bösch, 9212, il y a 2 heures

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 1077

Premiers/-ères signataires

Herzog Michèle, 1091 Grandvaux, Blog Egalité des citoyens

Michel Jean-Dominique, 1207 Genève, Anthropologue de la santé

Zürcher Brigitte, 3533 Bowil, Pflegefachfrau HF Psychiatrie

Beretta Regula, 1700 Freiburg, Physio- und Craniotherapie

Riggenbach Urs, 4500 Solothurn, Unternehmer, GoSol

Dr. med. Ostinelli Roberto, Medicina interna, 6850 Mendrisio

Landolt Thomas, 7148 Lumbrain, Unternehmer

Ender Josef, 6438 Ibach, Informatik

Gagneux Alec, 5200 Brugg, FairCH

Balli Fabien, 2502 Bienne, Ingénieur EPFL

Rohrer-Stimming Petra, 6072 Sachseln, Bäuerin/Kantonsrätin

Baumann Alexander, 6030 Ebikon, Bauleiter

Vendrame Christian, 6500 Bellinzona, Dottore in chiropratica

Vendrame Shannon, 6500 Bellinzona, Dottoressa in chiropratica

Beck Karin Jana, 8400 Winterthur, Singanleiterin, Weltmusikerin

Gerber Matthias, 8400 Winterthur, Singanleiter, Weltmusiker

Schöpfer Josef, 6017 Ruswil, Internetmarketing

Dr. Regli Daniel, 8046 Zürich, Bürgerforum Schweiz

Zünd Sonja, 9450 Altstätten, Primarlehrerin

Candio Maria, 4552 Derendingen, Kinder & Familien-Unterstützerin

Fischer Peter, 4055 Basel, Elektro-Ingenieur

Mächler Florian, 8638 Goldingen, Musikpädagoge

Desbiolles Guy, 1644 Avry-devant-pont, retraité

Frammery Chloé, 1209 Genève, Mathématicienne, enseignante

Schmidt Gergana, 2560 Nidau, Geomantin

Salvoldelli Marianne, 4460 Gelterkinden

Dr. med. Grahmann Manuel, 6045 Meggen, Leitender Arzt

Oesch Christian, 3619 Eriz, Geschäftsführer

Leisibach Basil, 1700 Fribourg, MSc Biologie, Produktmanager Pharma

Jetzer Patrick, 8600 Dübendorf, Pharmaspezialist

Pfluger Christoph, 4500 Solothurn, Herausgeber

Hess Pablo, 6004 Luzern, Potential Coach

Hess Simon, 6005 Luzern, Dipl. Ing. FH

Ambühl Claudia, 8765 Engi, Sozialpädagoin

Mannstadt Sandra, 4125 Riehen, Psychotherapeutin

Sanjuan Esteban, 4125 Riehen, Statistiker

Ambauen Cornelia, 6006 Luzern, Hausfrau

Ambauen Peter, 6006 Luzern, Betreibungsbeamter

Ambauen Alessandra, 6006 Luzern, Hotelfachfrau

Ehrbar Hans, 8610 Uster, lic. oec.

Kipfer Céline, 3550 Langnau i.E., Drogistin EFZ

Huaranca Elisabeth, 9651 Ennetbühl, Hortleiterin

Bazlen Dieter, 6047 Kastanienbaum, Wirtschaftsprüfer

Jutzeler Remo, 5642 Mühlau, Ing. MAS Nutrition & Health

Walter Werner, 6004 Luzern, Informatiker

Blaser Thomas, 3550 Langnau i.E., Polymechaniker

Loser Andreas, 9437 Marbach, Musiker

Tomson Tiina, 9437 Marbach, Atemtherapeutin

Heisler Annemarie, 6030 Ebikon, Kauffrau/Hundetrainerin

Kiss Béla, 6312 Steinhausen, Sport Instruktor

Schwitter Roman, 6034 Inwil, Gärtnermeister

Bittel Roger, 8954 Geroldswil, Crypto/TV

Schöpfer Peter, 6343 Rotkreuz, Unternehmensberater

Schlag Denise, 6030 Ebikon, Account Manager

Weidlich Dagmar, 6130 Willisau, Ergogherapeutin

Ornella Manca, 9030 Abtwil, Geschäftsführerin

Hefel Christoph, 8057 Zürich, Pädagoge

Arnold Daniela, 8810 Horgen, LangWitch translation

Rütsche Christophe, 1700 Fribourg, retraité

Ammann Karin, 8332 Russikon, Pflegefachfrau

Peruzzi Aline, 3204 Rosshäusern, Schulische Heilpädagogin

Cella Roberta, 8032 Zürich, Therapeutin

Baltensperger Barbara, 9620 Lichtensteig, Tierkommunikation, Coaching

Bloesch Heidi, 3145 Oberscherli, Rentnerin

Beretta Anna, 1700 Freiburg, Studentin angewandte Psychologie

Jaun Ana, Cecilia 3963 Crans Montana, Naturopathe

Schneeberger Edith, 6048 Horw, Lehrerin

Schwitter Sabine, 6034 Inwil, Gärtnerin

Schwitter Maria, 6010 Kriens, Kauffrau pensioniert

Felber Helene, 7154 Ruschein, Chemikerin

Grünenfelder Stefan, 6937 Breno, Handwerker

Kubba Luma, 6252 Dagmersellen, Pflegefachfrau, Rettungssanitäterin

Aebischer Evelyne, 1700 Freiburg, Körpertherapeutin, Heilpädagogin

Wyss Christian, 6023 Rothenburg, Liegenschafts u. Vermögensverwalter

Wyss Claudia, 6023 Rothenburg, Hausfrau

Wüest Manuela, 6020 Emmenbrücke, Homöopathin, MPA

Streit Mailyn R., 6053 Alpnachstad, Selbständig

Böttcher Andrea,s 6043 Adligenswil, Kunstmaler

Furrer Pascal, 6004 Luzern, Gesundheitsfachmann & Kinesiologe

Hunter Istvan, 6005 Luzern, Pflegefachmann HF

Senn Stefan, 4052 Basel, Möbelschreiner

Würgler Priska, 6472 Erstfeld, Primarlehrerin

Enderlin Ramona, 7550 Scuol

Dr. med. Enderlin Nino, 7550 Scuol, Arzt pensioniert

Häni Markus, 5400 Baden, Kantonsschullehrer

Schröter Peter. 8047 Zürich, Psychologe FSP, Autor

Christinger Doris, 8047 Zürich, Sexualtherapeutin, Autorin

Dr. med. Mattmann-Allamand, Peter 6010 Kriens, Hausarzt

Wirz Christoph, 6300 Zug, Unternehmer

Baumann Angela, 4450 Sissach, CEO Nexirius GmbH

Baumann Marcel, 4450 Sissach, Dipl. El.Ing. ETH, CEO Nexirius GmbH

Baumann Jonah, 4450 Sissach, BW Student ETH Zürich

Baumann Elijah, 4450 Sissach, Student MATL ETH Zürich

Baumann Noah, 4450 Sissach, Student RW ETH Zürich

Wajsza Anthea, 4450 Sissach, Studentin

Doyon Marianne, 2943 Vendlincourt JU, Heilpraktikerin

Blaser Thomas, 3550 Langnau i.E., Polymechaniker

Loser Andreas, 9437 Marbach, Musiker

Tomson Tiina, 9437 Marbach, Atemtherapeutin

Marti Lydia, 3255 Rapperswil BE

Rohrer Paula, 6313 Menzingen, Dipl. Heilpraktikerin

Schwitter Roman, 6034 Inwil, Gärtnermeister

Bittel Roger, 8954 Geroldswil, Crypto/TV

Schöpfer Peter, 6343 Rotkreuz, Unternehmensberater

Schlag Denise, 6030 Ebikon, Account Manager

Weidlich Dagmar, 6130 Willisau, Ergogherapeutin

Ornella Manca, 9030 Abtwil, Geschäftsführerin

Hefel Christoph, 8057 Zürich, Pädagoge

Arnold Daniela, 8810 Horgen, LangWitch translation

Rütsche Christophe, 1700 Fribourg, retraité

Schöpfer Verena, 1700 Freiburg, Rentnerin

Schöpfer Hermann, 1700 Freiburg, Rentner

Ammann Karin, 8332 Russikon, Pflegefachfrau

Peruzzi Aline, 3204 Rosshäusern, Schulische Heilpädagogin

Aeschlimann Mahaut, 1723 Villarsel-sur-Marly, Art thérapie, yoga

Nicolet Evelyne, 1762 Givisiez

Cella Roberta, 8032 Zürich, Therapeutin

Edy Spring Shahbazzadeh, 1700 Fribourg, aide-menuisier

Baltensperger Barbara, 9620 Lichtensteig, Tierkommunikation, Coaching

Bloesch Heidi, 3145 Oberscherli, Rentnerin

Beretta Anna, 1700 Freiburg, Studentin angewandte Psychologie

Jaun Ana Cecilia, 3963 Crans Montana, Naturopathe

Steber Hans-Martin, D-53489 Sinzig, selbstständiger Vermögensberater

Petschen Sarah, 8267 Berlingen

Wälti Beat 3646 Einigen

Schöni Theres 5636 Benzenschwil

Hirsig Silvia, 2502 Biel

Hollenstein Astrid, 8037 Zürich

Moser Philipp, 8634 Hombrechtikon

Michi Schüler, 8102 Oberengstringen

Schmid Tom, 9410 Heiden

Heimgartner Peter, 8047 Zürich

Bertolotti Sarah 8810 Horgen

Frei Christian, 8625 Gossau ZH

Pesevski Walter, 8702 Zollikon

Schwegler Daniela, 8636 Wald

Huggler Frank, 9105 Schönengrund

Müller Christine, 1700 Fribourg

Wirth Simon, 8006 Zürich

Gauch Walo, 3626 Hünibach

Jaeggi Ruth, 5745 Safenwil

Monika Hurni, 1580 Avenches

Brassel August, 9430 St. Margrethen

Cito Anna, 8702 Zollikon

Neff Denise, 8352 Ricketswil

Töndury Sereina, 8032 Zürich

Krüsi Silvia, 5737 Menziken

Sieber Michael, 8135 Sihlwald

Aebischer Andrea, 1713 St. Antoni

Baggenstos Heidy, 8047 Zürich

Schreiber Imelda, 4317 Wegenstetten

Nicolet Thomas, 3185 Schmitten

Nasri Nasri, 8590 Romanshorn

Ruhland Heike, 8574 Illighausen

Hee Stephan, 8057 Zürich

Vögeli Rita, 3185 Schmitten

Hilfiker Reta, 3006 Bern

Weisensee Sophie, 3005 Bern

Gülperi Yasar, 8713 Uerikon

Böhlen Urs, 3099 Rüti bei Riggisberg

Hofer Christine, 3805 Hauptstrasse 84

Chrisholm Nicole, 3014 Bern

Zähner Elisabeth, 9602 Bazenheid

Meier Simone, 9240 Uzwil

Stadler Reto, 8006 Zürich

Lorenzi Gabriela, 8005 Zürich

Treyer Tamara, 8003 Zürich

Brantschen Gabriela, 3626 Hünibach

Bürki Karl, 3655 Sigriswil

Imbesi Francesco, 3013 Bern

Stefanoni Alessandro, 8200 Schaffhausen

Hostettler Diego, 3006 Bern

Schnarf Christian, 3982 Bitsch

Landolt-Baur Edith, 3805 Goldiswil b. Interlaken

Ryf Philipp, 3473 Alchenstorf

Schobinger Linda, 8805 Richterswil

Müller Daniel, 8180 Bülach

Anke Heinz, 8003 Zürich

Messerli Andreas, 8005 Zürich

Yücesan Erhan, 8302 Kloten

Rüegger Taylor Nicolas, 3645 Gwatt

Schulthess Lotte, 4917 Melchnau

Ris Jürg. 4127 Birsfelden

Schmidhauser Josefine, 9410 Heiden

Zaugg Nathalie, 1727 Magnedens

Publioz Fabienne, 1647 Corbière

Schmidhauser Ruedi, 9410 Heiden

Heeb Lotti, 8400 Winterthur

Schmidhauser Oliver, 9100 Herisau

Ruckli Claudia, 6024 Hilfisrieden

Pfaendler Ronald, 8810 Horgen

Ulusoy Brigitta, 8580 Amriswil

Spiess Jasmin, 9000 St. Gallen

Herzog Jürg, 3123 Belp

Giacomelli Bruno, 8810 Horgen

Picard Barbara, 6004 Luzern

Käser Beat, 3464 Schmidigen-Mühleweg

Ruckli Christof, 6024 Hildisrieden

Thommen Ingrid, 8004 Zürich

Schwab Karin, 4703 Kestenholz

Wyler Ruke, 3005 Bern

Hilty Jacqueline, 8037 Zürich

Obrecht Beat, 3076 Worb

Chamina Tatiana, 5213 Villnachern

Imgrüth Urs, 4142 Münchenstein

Preis Danica, 4436 Oberdorf BL

Schädler Sabine, 4103 Bottmingen

News

Radio Fribourg : interview avec Jean-Dominique Michel

https://egalitedescitoyens.blog.tdg.ch/archive/2020/09/06/covid-19-les-explications-fondamentales-fournies-par-m-jean-308841.html Source : Blog de Michèle Herzog (06 septembre 2020)

Berlin : énorme foule de manifestants pour le discours historique de Robert Kennedy Jr (FranceSoir du 30 août 2020)

http://www.francesoir.fr/amp/article/politique-monde/berlin-enorme-foule-de-manifestants-pour-le-discours-historique-de-robert-kennedy-jr

Weiterlesen

1er.09.2020

Manifestation : Zurich 29 août 2020 - 17 à 19 heures

Selon l’ordonnance en matière de Covid-19, le port du masque est obligatoire lors de manifestations. En cas de non-respect de ladite ordonnance, une amende est peu probable. Des raisons médicales libèrent du port du masque.

Mentions légales

Vos données personnelles seront traitées de manière strictement confidentielle, uniquement pour la pétition et ne seront en aucun cas divulguées à des tiers.

Le site web est doté du haut niveau de sécurité.
Le serveur est alimenté par des énergies renouvelables.

Copyright © www.printemps2020.com - 2020 - all rights reserved.